Aller au contenu principal

« Une démarche syndicale innovante pour former nos militants »

Délégué national fédéral, Olivier Ménard pilote la formation créée par la CFE-CGC Métallurgie pour aider ses militants en entreprise dans le déploiement, d’ici 2024, de la nouvelle convention collective de branche.

Le 24 mars dernier à Paris Expo, la Fédération de la Métallurgie CFE-CGC (35 000 adhérents) a remporté le « coup de cœur » des Trophées du Digital Learning pour son programme de formation de ses militants. En quoi consiste-t-il ?

Cette récompense salue la démarche innovante de notre formation en ligne mise en place avec l’agence À savoir égal et la plateforme Moodle déployée par LMS Factory ; et la formation en présentiel montée avec les cabinets Secafi, Addhoc et Volentis. Nos militants vont en effet devoir accompagner le déploiement de la nouvelle convention collective de la métallurgie signée le 7 février 2022 par les partenaires sociaux. D’ici au 1er janvier 2024, les 42 000 entreprises de la branche vont engager la refonte de leur système de classification des emplois pour 1,6 million de salariés. Il s’agit donc, pour les militants CFE-CGC, d’en appréhender les modalités d’application et de s’approprier la technique de description et de cotation des emplois afin d’évaluer la pertinence du classement proposé par les DRH.

Quand est né le projet et comment avez-vous procédé ?

Démarrée en 2016, la négociation pour moderniser tout le dispositif conventionnel dans la métallurgie a été un chantier titanesque, comme on en voit tous les 50 ans. Au sein du pôle emploi et formation de notre secrétaire national fédéral, Fabrice Nicoud, j’ai été associé aux deux dernières années des travaux. Fin 2019, notre président fédéral, Gabriel Artero, a lancé un concept de formation pour préparer nos militants et arriver « lancés » une fois l’accord signé. Je me suis proposé pour le piloter en mode projet. Avec l’agence À savoir égal, nous avons créé un COOC (Corporate online open course) avec les contenus en ligne, la logistique et les formations complémentaires en présentiel. En parallèle, nous avons coconstruit, avec les autres organisations syndicales et l’UIMM pour la partie patronale, un site internet paritaire pour expliquer tous les changements induits aux salariés de la branche.

Comment se déroulent vos formations ?

Avec le Centre de formation syndicale (CFS) de la Confédération, nous avons veillé à ce qu’elles s’inscrivent dans le cadre du congé de formation économique, sociale, environnementale et syndicale. Celui-ci permet à tous les salariés de se préparer à l'exercice de fonctions syndicales.

Concrètement, notre COOC est une formation e-learning en ligne proposant de suivre 4 modules comprenant 8 à 15 activités, chacune avec divers contenus : vidéos d’animation, schémas interactifs, exercices, sondages et quiz final pour s’assurer de la réalisation complète du parcours. Nous proposons aussi des formations en présentiel, adossées au COOC. Animées par les cabinets Secafi, Addhoc et Volentis, elles durent 2 jours et consolident les savoirs acquis en ligne : analyse des fiches d’emploi, mise en pratique de la cotation des emplois, etc.

J’ajoute qu’un second COOC, consacré spécifiquement à la protection sociale, est accessible à nos militants sachant qu’en la matière, les nouvelles dispositions de la convention collective s’appliqueront dès janvier 2023. Le sujet étant très technique, la formation a été pilotée par Christelle Thieffinne, secrétaire nationale fédérale à la protection sociale.

Combien avez-vous formé de militants et quels sont vos objectifs ?

Les formations ont été lancées en septembre 2021. L’ingénierie, entre e-learning et présentiel, a permis, malgré les effets de la crise sanitaire, de former 250 militants l’an passé. Cette année, 100 sessions sont programmées sur tout le territoire pour environ 1 500 militants. À date, près de 3 000 (délégués syndicaux centraux et délégués syndicaux, présidents et référents de syndicats…) sont inscrits sur la plateforme LMS Factory pour accéder au COOC en ligne à compléter, s’ils le souhaitent, par la formation en présentiel.

Il faut souligner que cette formation va être reconnue par le Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). Elle permettra de préparer les militants CFE-CGC à la certification professionnelle de « cotateur » de la branche Métallurgie, renforçant ainsi leur légitimité à discuter de la cotation des emplois en entreprise avec les directions. Au-delà de ces COOC, nous allons continuer, en échangeant avec le CFS de la Confédération, d’optimiser tous nos process et outils de formation des militants. C’est un enjeu syndical fondamental.

Propos recueillis par Mathieu Bahuet