Aller au contenu principal

Industrie

L’une des premières missions du pôle Industrie est d’accompagner les militants qui font face à des restructurations ayant des conséquences sur l’emploi. Il peut s’agir de leur ouvrir des portes dans les ministères ou de les aider à préparer leurs dossiers pour mieux les défendre. En 2017, le rachat des chantiers navals de Saint-Nazaire (STX) par Fincantieri a été un dossier très prenant, et très politique d’ailleurs ! En 2018, on peut citer ASCO Industries, à nouveau en dépôt de bilan ! Mais aussi les PSE chez GE Hydro à Grenoble, Gemalto, et malheureusement beaucoup d’autres !

La deuxième activité est plus prospective. Nous cherchons à développer des journées filières, sur le modèle des journées filières automobile, créée par la fédération en 2010. En 2017 nous avons ainsi organisé une journée élaboration des métaux, forge, fonderie et prévoyons en 2018 une journée filière nucléaire et une journée électroménager. En matière de prospective, le pôle Industrie a été à l’origine et a animé la matinée « Management 4.0 » lors de l’inter-congrès fédéral de Chantilly le 15 octobre 2017.

Concernant une nouvelle politique industrielle pour la France, le 20 novembre 2017, le Premier ministre a présenté la nouvelle politique filière, avec des modifications majeures en matière de gouvernance du Conseil National de l’Industrie et de ses Comités Stratégiques de Filières (CSF). Une nouvelle liste de CSF a été arrêtée en février.

Par ailleurs, le ministre en charge de l’industrie a annoncé quelques mesures qui vont particulièrement impacter l’industrie, en soutenant l’innovation. Le Crédit impôt recherche (CIR) qui a été « sanctuarisé » pourrait être déplafonné. Le fonds pour l’innovation de rupture, promesse de campagne, devrait être très rapidement mis en œuvre.